Décroissance : Inventons un nouveau mode de vie

Publié le par laure nguyen duy

(source Le Parisien 26/11/2006)
Paul Ariès, enseignat chercheur en Sciences politiques - Université de Lyon, auteur de No Conso - Edition Golias)

Qu'est-ce que c'est la décroissance ?
Vingt pour cent des hommes consomment quatre-vingt pour cent des ressources de la planète. Si nous continuons à ce rythme, on ne peut sastisfaire les besoins de la planète puisque le gâteau ne peut satisfaire les besoins de base de l'humanité puisque le gâteau ne peut grossir éternellement, la Terre est un monde fini. Faisons un calcul simple : la planète ne peut absorber plus de trois milliards d'équivalent carbonne par an, au-delà, elle se détériore. Si on partage les trois milliards d'équivalents carbone entre les six milliards d'humains, on arrive à cinq cents kg d'équivalents de carbonne par individu. Ce sont mille cinq cent km en voiture ou un aller Paris-New-York. Si je consomme plus je prends sur la part de mes voisins et plus grave celle de mes enfants.
Mais on ne peut pas s'arrêter de vivre ...
Bien sûr que non. Il ne s'agit pas de mener une vie austère comme tente de le faire croire certains. Ce serait de diviser par douze la mode de vie d'un Américain et de quatre d'un Européen. Inventons une nouvelle mode de vie ...

C'est le fameux retour à la bougie ?
Non, l'apologie du passé serait stupide. Les objecteurs de croissance ne sont pas des technophobes, bien au contraire. Ils pensent cependant qu'il vaut mieux des machines ou technologies à ralentir que des machines à accélérer pour sortir du culte de l'immédiateté. Nous ne sommes jamais dans le temps lent. Inventons des techniques, qui permettent de ralentir. Une société sans auto, ce n'est pas une société d'avant auto, mais un monde après l'auto ...

On ne peut pas tout de même pas empêcher les gens de s'enrichir?
Non, mais la logique du toujours plus est une piège, qui détruit la biodiversité et la richesse humaine.  Dans toutes les sciences on applique de plus en plus des raisonnement cycliques, seule l'économie on n'est encore raisonné en terme linéaire et indépendant de tous contextes. Il nous faut raisonner et garder l'équilibre des trois E : Énergie, Environnement et Économie ...

N'y a-t-t-il un risque d'égalitarisme au mauvais sens du terme ?
C'est notre société de croissance qui standardise. Décoloniser l'imaginaire, c'est prendre conscience que le bonheur n'est pas dans la consommation ...
(propos recueillis par Nellie Terrier)
Vous pouvez  calculer votre empreint écologique personnelle sur le site
wwf.fr
 

Publié dans Evènements

Commenter cet article